Comment l’élégance peut à la fois être une tenue, une parole et une théorie?

Comment l’élégance peut à la fois être une tenue, une parole et une théorie?

(Mon intervention au Café philosophique de Lyon le 8/2/2022 sur le theme “Comment l’élégance peut à la fois être une tenue, une parole et une théorie?”)

Le dictionnaire Larousse définit l’élégance comme suit :

  • Qualité de quelqu’un qui se distingue par son goût, son choix en matière de vêtements, par sa grâce dans ses manières, etc.
  • Qualité de ce qui est d’une beauté sobre et de bon goût 
  • Qualité de ce qui est exprimé avec justesse et agrément, avec une netteté sobre, sans lourdeur
  • Qualité de quelqu’un, de son comportement, qui fait preuve de distinction morale ou intellectuelle

Pour résumer, je pense que l’on peut dire que ce qui fait l’élégance, c’est à la fois la distinction (c’est-à-dire la différence avec ce qui est commun, différence qui suscite étonnement), la simplicité, la légèreté et la subtilité de la forme dans toute chose : le corps humain, les vêtements, l’ameublement, le comportement, le langage, l’idée, le discours, la théorie, la formule mathématique, etc.

En cherchant le contraire de l’élégance, je n’ai rien trouvé de mieux que le terme “kitsch”, dans le sens de “commun”, “grossier”, “lourd”, “excessif”.

Je ne pense pas que l’élégance puisse être mesurée objectivement. Ce que je veux dire, c’est que quelque chose qui est élégante pour une personne peut ne pas l’être pour une autre. Disons en fait que c’est une question de goût, et que le goût ne se discute pas, comme le dit le dicton latin : “de gustibus non est disputandum”. Cependant, je crois que plus une personne est élégante, plus elle est sensible à l’élégance, c’est-à-dire qu’elle sait la reconnaître chez les autres, par une sorte d’affinité élective.

Je crois que le concept d’élégance est étroitement lié à celui de beauté. En fait, je dirais que l’élégance est un type particulier de beauté, c’est-à-dire une beauté raffinée et délicate.

C’est pourquoi je pense que pour définir l’élégance, il faut d’abord définir la beauté.

Eh bien, je crois que “beau” (pour quelqu’un) est toute chose (objet, personne, lieu, son, image, écrit, idée, etc.) qui suscite une sensation agréable par la perception des formes et/ou des informations que cette chose émet. Dans ce sens, en comparant deux belles choses, je dirais que la plus élégante est celle qui implique le moins d’informations, c’est-à-dire celle qui a la formule descriptive, générative, ou génétique, la plus petite et/ou la plus simple.

Pour moi, l’aspect émotionnel de la beauté, et de l’élégance, est fondamental, c’est-à-dire le plaisir mental qu’elle suscite, dans un sens hormonal. Lorsque ce plaisir dépasse un certain seuil, on peut parler d'”enchantement”.

En d’autres termes, une chose extrêmement belle ou extrêmement élégante est enchanteresse, en ce sens qu’elle enchante, fascine, étourdit, émerveille celui qui la perçoit, comme sous l’effet d’une drogue.

Par conséquent, la beauté (et plus encore l’élégance) pourrait être définie comme une drogue non chimique, mais constituée d’informations perçues et traitées par le système nerveux du percepteur selon des logiques et des mécanismes que certains neuroscientifiques (comme le professeur Semir Zeki, professeur de neuroesthétique) étudient.

À cet égard, je crois que l’un des besoins primaires de l’homme est celui de la beauté (dans le sens mentionné ci-dessus). La beauté est en effet satisfaisante et désarmante, c’est-à-dire que lorsque nous sommes sous son effet, la vie semble plus agréable, plus supportable, plus amicale, plus heureuse (ou moins malheureuse).

C’est pourquoi, à mon avis, la beauté (des choses et des personnes) a toujours été exploitée par l’homme pour convaincre les autres d’acheter certains produits, de suivre certains dirigeants, de se soumettre à certaines autorités, de croire en certaines religions et d’accepter certaines relations sociales, y compris, avant tout, les relations érotiques et conjugales.

Pour conclure, je ne pense pas avoir fait un discours élégant, ne serait-ce que parce que j’y ai mis trop de choses.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.