Dans quelle mesure la psychologie est elle un instrument de pouvoir?

(Mon intervention au café philosophique de Lyon le 22 février 2022 sur le thème “Dans quelle mesure la psychologie est-elle un instrument de pouvoir ?”)

Tout d’abord, nous devons préciser de quel pouvoir nous parlons. Est-ce le pouvoir des classes dominantes sur les classes dominées, ou est-ce le pouvoir que chaque individu cherche consciemment ou inconsciemment à exercer sur tous les autres individus ?

Deuxièmement, nous devons préciser de quelle psychologie nous parlons. En fait, il n’y a pas une seule psychologie, mais plusieurs (comme c’est aussi le cas pour les philosophies), et nous devons distinguer la psychologie en tant que théorie de la psychologie en tant que pratique, et la psychologie professionnelle de la psychologie à usage personnel.

Le “pouvoir”, au sens du pouvoir politique, utilise souvent la psychologie de manière consciente ou inconsciente, informelle, non académique et secrète. Le faire ouvertement serait considéré comme “politiquement incorrect”. D’autre part, lorsque les politiciens ne connaissent pas ou n’utilisent pas la psychologie, cette lacune peut entraîner l’échec de leurs intentions.

Par exemple, à mon avis, l’échec du “marxisme pratiqué” était  aussi dû à ses propres lacunes psychologiques, c’est-à-dire à sa connaissance insuffisante de la nature humaine. Les politiciens d’aujourd’hui, en revanche, sont plus rusés que ceux d’il y a un siècle, et utilisent de plus en plus la psychologie pour manipuler l’esprit des citoyens.

Quant à la psychologie en tant que profession, on peut dire que le praticien exerce un certain pouvoir sur son client, puisque ce dernier le traite comme une autorité intellectuelle et morale, un sauveur, un guérisseur, parfois même comme un chaman, et le paie pour ses services, même lorsque le praticien ne tient pas ses promesses et déçoit les espoirs du client ou du patient.

Dans tous les cas, le praticien en psychologie peut amener le client à s’adapter, et donc à se soumettre, aux règles et coutumes sociales de sa communauté, et en ce sens il est, dans une certaine mesure, un instrument du pouvoir de la société sur l’individu. Elle peut aussi inciter le client à se libérer des contraintes intellectuelles et morales de l’environnement dans lequel il a grandi et dans lequel il vit. Dans le second cas, la psychologie est un instrument de libération de certains pouvoirs manifestes ou occultes.

Enfin, en ce qui concerne l’utilisation personnelle, non professionnelle, de la psychologie, elle peut être utilisée pour tromper et manipuler l’esprit des autres dans les relations familiales, amicales ou professionnelles, ou pour exposer les tromperies, les auto-illusions et les erreurs dont nous sommes tous victimes. Ici aussi, la psychologie peut donc être utilisée comme un instrument de pouvoir ou, à l’inverse, de libération du pouvoir.

(Version italienne)

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.